Des parents peuvent-ils empêcher leur fille enceinte de s’émanciper ?

Lorsqu’une jeune fille est capable d’élever un nouveau-né, la grossesse et l’émancipation vont souvent de pair. Elle ne peut se protéger dans un nouveau foyer que si elle vit avec ses parents. Ce genre de situation l’amène souvent à chercher à rapidement s’émanciper. Si les parents veulent empêcher leur fille enceinte de s’émanciper, il leur faudra évoquer une bonne raison.

La vie de famille

Une jeune fille qui tombe enceinte avant d’atteindre la majorité peut ressentir le besoin de s’émanciper en raison de sa vie de famille. Certains foyers ne pourront pas être bénéfiques pour le nouveau-né dans un foyer où il y a des abus, de la négligence, de la violence ou encore une atmosphère négative. Si la jeune maman a besoin de quitter le domicile parental et de chercher son propre logement, elle peut demander une émancipation. Le tribunal prend de nombreux facteurs en compte y compris la situation familiale du foyer. Il est recommandé d’engager un avocat de famille pour présenter son cas de la meilleure manière.

Le blocage de l’émancipation

Les parents de la jeune femme enceinte peuvent essayer de bloquer son émancipation en présentant au juge des raisons valables. Pour une femme enceinte, il est nécessaire d’être soutenu par ses proches. Grâce à leur présence, elle peut donner naissance à l’enfant dans les meilleures conditions et son éducation n’en sera que meilleure. Si la famille veut assurer la sécurité de la mère et l’enfant. Dans ce cas, les parents peuvent soutenir la jeune femme ou alors refuser son émancipation. Si la jeune femme n’a pas de parents, son tuteur ou sa tutrice légale aura la lourde responsabilité de s’assurer de son bien-être et de celui du bébé. Le juge doit tout de même tenir compte des informations fournies.

Maladie mentale et émancipation

La famille peut décider d’empêcher l’émancipation de la jeune femme si cette dernière trouble d’une maladie mentale. Cet état de santé peut empêcher à la jeune femme enceinte de chercher un logement. Dans ces conditions, la famille estime qu’elle n’est pas assez stable pour prendre soin d’elle et du bébé. Cette dernière à cause de son état peut ne pas comprendre les motivations de ses parents et pourtant ils essaient juste de la protéger. Dans certains cas, les parents ou tuteurs peuvent même chercher un moyen de protéger la jeune mère contre elle-même. La présence d’un avocat est nécessaire pour aider à prouver que cette démarche est bien fondée.

Moins de 18 ans

Si la jeune fille enceinte est âgée de moins de 18 ans, il lui est souvent impossible de demander son émancipation en raison de la loi. Si les parents prennent soin d’elle, ils sont en droit de bloquer sa demande d’émancipation. Ils peuvent apporter des preuves que l’adolescente à moins de 18 ans. S’ils n’autorisent pas le mariage, la jeune mère ne pourra en aucun cas quitter le domicile familial. Il est nécessaire que cette dernière reçoive de l’aide et des soins appropriés. Il est permis aux parents de l’adolescente de porter plainte au père pour viol.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*