Le port de chaussures de sécurité obligatoire : un enjeu majeur pour la protection des travailleurs

Le port de chaussures de sécurité est une mesure essentielle pour garantir la protection des travailleurs dans certains secteurs d’activité. Cet équipement est souvent négligé, alors qu’il peut éviter de nombreux accidents et assurer le bien-être des employés. Dans cet article, nous aborderons les aspects juridiques, les normes applicables ainsi que les critères de choix et d’entretien des chaussures de sécurité.

Les obligations légales concernant le port de chaussures de sécurité

Le Code du travail prévoit plusieurs dispositions relatives à la santé et à la sécurité des travailleurs. Le port de chaussures de sécurité obligatoire est notamment mentionné dans l’article R4323-91, qui stipule que l’employeur doit fournir gratuitement aux salariés les équipements dont ils ont besoin pour exercer leur activité en toute sécurité. Ces équipements incluent les chaussures de sécurité pour les métiers exposés à des risques particuliers.

L’employeur a également une obligation générale d’assurer la sécurité et la santé des travailleurs conformément à l’article L4121-1 du Code du travail. Cette obligation implique notamment d’évaluer les risques professionnels et d’adopter les mesures nécessaires pour protéger les salariés contre ces risques.

Les normes applicables aux chaussures de sécurité

Pour être conformes à la législation, les chaussures de sécurité doivent respecter des normes spécifiques. La norme EN ISO 20345 est la référence en matière de chaussures de sécurité. Cette norme établit les exigences minimales et les méthodes d’essai pour les chaussures de sécurité, notamment en termes de résistance aux chocs, à la perforation, à l’écrasement et aux glissements.

A lire aussi  Les règles de responsabilité en cas d'accident du travail en portage salarial

Il existe également des normes complémentaires pour des besoins spécifiques, comme la norme EN ISO 20346 pour les chaussures de protection (niveau inférieur aux chaussures de sécurité) ou la norme EN ISO 20347 pour les chaussures professionnelles sans coquille de protection. Ces normes permettent d’assurer que les chaussures sont adaptées aux conditions de travail et offrent une protection optimale.

Les critères pour choisir des chaussures de sécurité adaptées

Pour être efficaces, les chaussures de sécurité doivent répondre à plusieurs critères essentiels. Tout d’abord, elles doivent être adaptées au type d’activité exercée et aux risques encourus. Ainsi, on distinguera :

  • Les chaussures à embout de protection, qui protègent le pied contre les chocs et l’écrasement grâce à une coquille en acier, en aluminium ou en matériau composite.
  • Les chaussures antiperforation, dotées d’une semelle résistante à la pénétration d’objets pointus.
  • Les chaussures antidérapantes, qui offrent une adhérence optimale sur les sols glissants ou gras.
  • Les chaussures isolantes, conçues pour résister aux températures extrêmes et protéger le pied des chocs électriques.

Il est également important de choisir des chaussures de sécurité confortables, adaptées à la morphologie du pied et aux conditions de travail (durée de port, mouvements répétitifs, etc.). Enfin, les chaussures doivent être conformes aux normes en vigueur et disposer d’un marquage CE attestant leur conformité.

L’entretien et le renouvellement des chaussures de sécurité

Un entretien régulier des chaussures de sécurité est indispensable pour garantir leur efficacité et leur durabilité. Il est recommandé de :

  • Vérifier régulièrement l’état général des chaussures (semelle, coquille, coutures, etc.).
  • Nettoyer les chaussures avec un chiffon humide et un détergent doux pour éliminer les saletés et éviter la détérioration des matériaux.
  • Aérer les chaussures après chaque utilisation pour éviter la prolifération de bactéries.
A lire aussi  Les pratiques commerciales restrictives de concurrence : enjeux et conséquences

En cas d’usure ou de détérioration importante (coquille fendue, semelle percée, etc.), il est impératif de remplacer les chaussures par un modèle neuf conforme aux normes en vigueur.

La responsabilité en cas d’accident lié au non-port de chaussures de sécurité

En cas d’accident du travail lié au non-port de chaussures de sécurité, la responsabilité de l’employeur et/ou du salarié peut être engagée. L’employeur peut être tenu pour responsable s’il n’a pas fourni les équipements nécessaires, n’a pas informé les salariés des risques encourus ou n’a pas veillé au respect des consignes de sécurité. Le salarié, quant à lui, peut voir sa responsabilité engagée s’il a volontairement refusé de porter les chaussures de sécurité malgré les consignes et les mises en garde.

Le port de chaussures de sécurité obligatoire est donc un enjeu majeur pour la protection des travailleurs et la prévention des accidents du travail. Il appartient à l’employeur et aux salariés de prendre toutes les mesures nécessaires pour se conformer à la réglementation et assurer leur propre sécurité.