L’obligation de la facturation électronique : un enjeu majeur pour les entreprises françaises

La facturation électronique est devenue une réalité incontournable pour les entreprises. En effet, la loi de finances pour 2020 prévoit une généralisation progressive de cette pratique pour toutes les entreprises françaises à partir de 2024. Dans cet article, nous vous proposons de revenir sur l’obligation de la facturation électronique, son calendrier et ses enjeux pour les acteurs économiques.

Le calendrier de mise en place de l’obligation

La généralisation progressive de la facturation électronique s’étalera sur plusieurs années, selon un calendrier préétabli par la loi :

  • Initialement prévue le 1er juillet 2024, l’obligation devait concerner les grandes entreprises (plus de 250 salariés ou plus de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires). Cependant, selon un communiqué de la DGFiP en date du 28 juillet 2023, cette échéance a été reportée afin d’assurer la réussite de cette réforme importante pour l’économie. La nouvelle date sera fixée lors des travaux d’adoption de la loi de finances pour 2024.
  • Au 1er janvier 2025, les moyennes entreprises (entre 50 et 250 salariés ou entre 10 et 50 millions d’euros de chiffre d’affaires) devront se conformer à l’obligation.
  • Au 1er janvier 2026, l’obligation concernera les petites entreprises (moins de 50 salariés ou moins de 10 millions d’euros de chiffre d’affaires).

Les enjeux de la facturation électronique

La mise en place de la facturation électronique répond à plusieurs enjeux :

  • Réduire les coûts : la dématérialisation des factures permet de réduire les coûts liés à leur traitement, notamment en matière d’impression, d’envoi postal et de stockage.
  • Améliorer l’efficacité : le traitement automatisé des factures électroniques facilite leur suivi et leur gestion, réduisant ainsi les risques d’erreurs et les délais de paiement.
  • Sécuriser les transactions : la facturation électronique repose sur des protocoles sécurisés garantissant l’authenticité, l’intégrité et la confidentialité des données échangées.
  • Favoriser le développement durable : la dématérialisation des factures contribue à réduire l’empreinte écologique des entreprises en limitant la consommation de papier et les déplacements liés à leur acheminement.
A lire aussi  Avez-vous besoin d'un avocat en droit public ?

Les défis à relever pour les entreprises françaises

Pour se conformer à l’obligation de facturation électronique, les entreprises françaises devront relever plusieurs défis :

  • Adapter leurs systèmes d’information : la mise en place de la facturation électronique implique la mise à niveau des outils et logiciels de gestion, notamment pour assurer l’interopérabilité avec les systèmes des partenaires commerciaux.
  • Former leurs collaborateurs : la transition vers la facturation électronique nécessite une montée en compétence des équipes en charge de la gestion des factures, afin de maîtriser les nouvelles modalités et les risques associés.
  • Respecter le cadre légal et réglementaire : l’obligation de facturation électronique s’accompagne de contraintes légales et réglementaires (normes techniques, archivage, contrôle fiscal…), dont le respect est essentiel pour éviter d’éventuelles sanctions.

Les solutions pour accompagner les entreprises dans cette transition

Afin d’aider les entreprises à se conformer à l’obligation de facturation électronique, plusieurs solutions existent :

  • Les logiciels de gestion comptable et commerciale : ces outils permettent de gérer l’émission, la réception et le traitement des factures électroniques dans le respect des normes en vigueur. Ils peuvent être intégrés aux systèmes d’information existants ou proposés sous forme de services en ligne (SaaS).
  • Les plateformes d’échange dédiées : il existe des plateformes spécialisées dans l’échange sécurisé de factures électroniques entre entreprises (portails fournisseurs, marketplaces…), facilitant ainsi la transition vers cette pratique.
  • L’accompagnement par des experts : les cabinets d’expertise comptable, les avocats spécialisés ou les consultants en systèmes d’information peuvent apporter leur expertise et leur soutien aux entreprises dans la mise en place de la facturation électronique.
A lire aussi  Responsabilités légales des fournisseurs de sextoys : enjeux et obligations

En somme, l’obligation de la facturation électronique représente un enjeu majeur pour les entreprises françaises, qui devront s’adapter à ce nouveau contexte dans les prochaines années. Les solutions existantes et l’accompagnement par des professionnels permettront de faciliter cette transition et d’en tirer tous les bénéfices.